Chargement

Sur les photos contrastées, la différence de luminosité est plus ou moins importante la partie la plus sombre de la scène et sa partie la plus claire : c’est la dynamique. Malheureusement, le capteur ayant une dynamique nettement inférieure à celle de l’œil humain, il est moins performant à saisir les moindres détails. Voyons les techniques pour compenser cet écart. 

 

Réduire la dynamique de la scène à la capture

Le premier réflexe est de choisir le bon emplacement et le bon moment pour bénéficier de conditions lumineuses optimales. Ensuite, pour que les parties les plus claires de l’image ne dépassent pas les limites de la dynamique du capteur, assombrissez-les légèrement au moyen d’un filtre gradué gris neutre, composé de deux parties, l’une transparente, l’autre plus opaque.

Trois difficultés se présentent : le degré d’opacité du filtre ; pouvoir aligner la partie sombre droite sur la ligne horizon ; utiliser un trépied. Un peu contraignant, mais le résultat, très naturel, en vaut la peine.

 

L’exposition à droite

Pour des scènes à la dynamique peu élevée (juste au-dessus de celle du capteur), un bon logiciel de retouche va vous permettre d’obtenir une belle photo très lumineuse, mais sans « cramer » les hautes lumières, c’est-à-dire sans qu’elles soient totalement blanches. En effet, si elles sont cramées, il est impossible de récupérer les informations.

Grâce à cette méthode, vous n’avez même pas besoin d’équipement supplémentaire (en particulier le trépied). Il suffit de regarder sur l’histogramme, les hautes lumières cramées s’affichent à droite, indiquées par un pic.

L’exposition à droite permet de faire baisser un peu les hautes lumières tout en conservant les ombres, sans perdre des informations des deux côtés. L’image est ainsi optimisée pour le post-traitement. Attention, seul le format RAW permet cette manipulation, pensez-y au moment de photographier !

 

Simplifiez-vous le réglage de la dynamique avec le HDR

Alternativement, utilisez la technique du HDR (pour High Dynamic Range ou grande gamme dynamique). Elle consiste tout simplement à faire plusieurs captures de la même scène en modifiant les expositions, puis de fusionner ces différentes images sur ordinateur.

Pour cela, le trépied est indispensable pour assurer la stabilité. Ensuite, sans toucher à la profondeur de champ, la variation de la vitesse d’obturation permet d’obtenir les différentes expositions. Vous avez le choix entre le bracketing d’exposition automatique, le mode manuel (M) et le mode priorité à l’ouverture (A/Av).

La technique permet d’élargir artificiellement la dynamique du capteur afin d’obtenir la plus grande quantité possible d’informations, aussi bien dans les hautes lumières que dans les ombres.

 

En haut